Qui est Augustin Roscelli

 

augustin_roscelli

 

Saint Augustin Roscelli, humble prêtre de Gênes, en Italie, a laissé un héritage éducatif important dont nous nous inspirons au quotidien.

Augustin Roscelli est né à Bargone le 27 juillet 1818. Il était faible de santé alors il a été baptisé chez lui dès sa naissance. Son père, Domenico Roscelli, et sa mère, Maria Gianelli, étaient cultivateurs. Ils n’étaient pas riches en argent, mais ils avaient la richesse de la foi.
Augustin était le plus jeune de huit enfants dont quatre sont morts en bas âge. Ses parents lui ont appris à apprécier ce qu’il avait. Fragile de santé, dès qu’il a été assez âgé, il s’est rendu utile à la maison en gardant les moutons. Les longues heures qu’il passait dans le silence et la solitude de la campagne lui permettaient de prier et de se mettre en présence de Dieu. On peut dire que son travail de berger a été sa première école de prière, car il y a appris la contemplation.

Ses parents voulaient lui offrir l’instruction pour développer ses talents. Il n’y avait pas d’école dans son village, mais son curé a accepté de lui donner des leçons.
À l’âge de 17 ans, il a senti que Dieu l’appelait pour devenir prêtre et il a décidé de le suivre. Il a dû aller étudier à Gênes où il a habité chez la marraine de son frère. Ses parents ont fait beaucoup de sacrifices pour qu’il puisse étudier. Ses parents n’avaient pas assez d’argent pour lui permettre de poursuivre ses études, mais une bonne dame, la marquise Cambiaso, les a payées. C’est ainsi que le 19 septembre 1846, il a été ordonné prêtre.
Durant son ministère, il s’est occupé des jeunes garçons dans l’Œuvre des Petits Artisans. Il était reconnu comme étant un saint confesseur. Son apostolat en tant que pasteur à l’Église de la Consolation l’a amené à vouloir aider les plus démunis. Augustin voyait que les jeunes filles, spécialement les plus pauvres, n’avaient pas la possibilité de s’instruire et qu’elles étaient exposées à toutes sortes d’abus ne pouvant pas trouver de travail convenable. Il a donc décidé de les protéger.

Il a réuni des jeunes filles instruites qui pourraient leur enseigner. C’est ainsi que sa première école a vu le jour. Il était important pour lui que les jeunes filles prennent conscience de leur dignité.

Il a ouvert sa première école afin d'outiller les jeunes filles à se trouver un travail convenable. De jeunes filles instruites leur servaient d'enseignantes.
Un jour, les jeunes enseignantes lui ont demandé de les réunir en communauté, car elles se sentaient appelées par le Seigneur à devenir religieuses. Il doutait de ses capacités à fonder un Institut religieux, mais, comme toujours, il a fait confiance à Dieu. Le Seigneur lui a fait comprendre que c’est ce qu’il attendait de lui. Le 15 octobre 1876, l’Institut des Sœurs de l’Immaculée a vu le jour.
Il est entré dans la Vie éternelle le 7 mai 1902 d’où il prie pour nous tous.

Le 7 mai 1995 il a été béatifié par le Pape Jean-Paul II, qui l’a canonisé le 10 juin 2001.